niepce2.jpg

Portrait de Nicéphore Niépce dans sa maison de Saint-Loup-de-Varennes

A cette même époque, entre autres inventions, Nicéphore fut tout simplement le créateur du premier moteur à explosion pour propulser un bateau, moteur à injection d'huile de pétrole, avec la certitude que les hydrocarbures seraient la source d'énergie de l'avenir. Quel visionnaire ! Malgré les performances incontestables du procédé, l'invention ne remporte pas le succès escompté, victime des groupes de pression des industriels de la machine à vapeur (le lobbying sévissait déjà avant de devenir sport international).

Décidément très éclectique, en 1818, c'est à Nicéphore que l'on doit le guidon de vélo et la selle réglable en hauteur, améliorations essentielles de la draisienne (ancêtre du vélo sans pédalier) vers le vélocipède. Nous recherchons, à ce jour, l'inventeur des cales pieds.

niepce3.jpg

Première photo de Niépce, vue de sa fenêtre.

Revenons à la photo. Les premières images obtenues (1816) n'étaient pas "fixées" et continuaient donc à noircir sous l'action de la lumière. Temps de pose à l'époque : cinq jours ! Ne bougeons plus. On est un peu loin des sensibilités ISO de nos capteurs. Quelques années plus tard, à partir de 1826, les procédés évoluent et, à la suite de son association avec Louis Daguerre, Niépce entre dans l'histoire en temps qu'inventeur de la photo. Petite histoire car il meurt en 1833 sans qu'aucune de ses inventions n'aient été reconnues.

Une autre découverte méconnue à son actif, la photogravure ! Niépce, lors de ses recherches à partir de 1822, reproduit, par contact, des dessins sur divers supports enduits de bitume, sur des pierres calcaires lithographiques, ancêtre de l'offset, ou bien, l'image gravée en creux à l'acide sur plaque de cuivre, principe des "eaux fortes", procédé utilisé par l'héliogravure actuelle. Il y a bien, dans tous les cas, deux opérations successives : photo pour la reproduction sur un support suivi de la gravure du support pour obtenir la forme imprimante. Photo…gravure.

Cette aventure nous fut conté mi-octobre lors d'une visite de la maison de Niépce à Saint-Loup-de-Varennes, proche de Chalon-sur-Saône. Sous la directive de Philippe Chaudré, responsable du Club Photoshop Paris, et Jean-Pierre Coustillon pour la coordination, les adhérents de l'association, à l'occasion de sa quinzième anniversaire, ont été invité à découvrir ce lieu magique, chargé d'histoire, unique au monde et d'une richesse inattendue en documents et objets d'époque.

Nous devons cette invitation à Pierre-Yves Mahé, directeur du lieu, par ailleurs fondateur et dirigeant de SPEOS, école internationale de photo à Paris, dans les locaux de laquelle est hébergé le Club Photoshop Paris. Pierre-Yves a consacré une grande partie de son temps a investir le lieu de vie et de travail de Niépce, à le restaurer "dans son jus" et à reconstituer les conditions de travail et les expériences de l'inventeur. Autre découverte dans la région, le plus ancien labo photo du monde connu à ce jour, intact et inexploré depuis 1855, une énorme documentation, des objets rares, du matériel et même des produits chimiques d'époque. Toutes ces richesses sont réunies dans la maison/musée, aujourd'hui ouverte au public.

Un travail remarquable assuré par un passionné dont les compétences et l'opiniâtreté n'ont d'égales que sa gentillesse et sa modestie. Merci Pierre-Yves.

Dominique Legrand

* réflexion d'un photographe professionnel au Salon de la Photo : "…depuis la disparition de l'argentique, je n'ai jamais dépensé autant d'argent"
** des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche.

La Maison Nicéphore Niépce

Ecole SPEOS

Galerie photo

Clubs photoshop

Philippe Chaudré


A voir également, le musée Niépce à Chalon-sur-Saône

niepce5.jpg

niepce6.jpg

Le photographe… au début.

niepce4.jpg

Labo photo de l'époque.